un triangle scalène

une histoire inconnue de Dulcinée….

4e jour

Classé dans : pensées — 20 mai, 2008 @ 7:17

déjà 4 jours qu’on ne se parle plus. ni comme des amants, ni comme des amis. j’ai bien dormi mais me réveille encore avec toi et elle en tête. quand ça ne m’arrivera plus, je ne viendrai plus ici.

un coucher d’un rose pâle

Classé dans : pensées — 19 mai, 2008 @ 10:11

un petit mot ici avant d’aller me coucher. je suis épuisée par cette journée. je n’ai pas envoyé de mail mais un petit sms à Dulcinée, un petit sms de rien du tout, lui demandant de t’aider à parler…je ne sais pas bien ce que j’attendais, ni où je voulais en venir, mais p… ça m’a fait du bien de composer son numéro ! comme si j’effaçais ces longs mois de frustration, de rancoeur, de jalousie et d’envie…et puis, vers 10h elle a appelé. quand j’ai vu son nom s’afficher, oh lala, mon coeur a explosé, merde merde merde c’est la merdasse, je m’attendais pas à ce qu’elle le fasse !!!

j’appelle V, que faire, vite que faire… elle n’en sait rien, faut que je me débrouille seule avec mes conneries…je t’appelle donc pour te dire ce que j’ai fait, te laisse un message, que j’ai rien écrit de compromettant…

ouf , ça va mieux, et puis faute avouée est à moitié pardonnée…

la journée passe, et puis vers 17h, nouvel appel, re-merde, et hop message….panique à bord, j’attend d’être tranquille pour écouter la voix grave de Dulcinée me demander de la rappeler,  qu’elle s’inquiète aussi pour toi, et que, comme j’ai commencé, on peut parler….je te rappelle, laisse encore un message, elle ne se doute de rien, tu es sauvé, elle s’inquiète juste pour toi, comme moi. je te laisse un sms pour que tu écoutes mon message avant de rentrer chez toi…pas de réponse….mon esprit laisse tomber, ce qui est fait est fait. puis tu m’envoies ce sms, concis mais gentil, que je suis toute excusée, que tu ne peux pas m’en vouloir de te vouloir du bien, que tu as déjà commencé à lui parler….merci à toi de me pardonner d’avoir céder à une pulsion qui ne me ressemble pas.

mais si tu as commencé à lui parler, soit c’est une Dulcinée maligne, pour me demander de la rappeler, soit tu ne lui as pas parler de choses bien importantes, et pour ça, je te connais, tu es très très fort pour noyer le poisson…

je ne vais pas la contacter, enfin pas ce soir, je vais attendre un peu, savoir si elle me relance, savoir si tu me donnes des nouvelles de toi…..faire un peu ce que je dis, pour changer !

bonne nuit, et peut être à demain…

 

l’aube grise

Classé dans : pensées — 19 mai, 2008 @ 7:05

c’est marrant, la 1ere pensée que j’ai eu ce matin en me levant à été de remettre les pieds du lit !  l’idée qu’il ne va plus me servir qu’à dormir me perturbe, j’espère que ça ne va pas durer trop longtemps…et puis j’ai pensé à Dulcinée, à tes côtés, au chaud, ce matin il y a école, elle n’est pas loin de se lever et te laisser comater, en ronflotant gentiment.

je dois règler mes comptes pour pouvoir passer. les mots ici ne vont nulle part, je crois que je vais t’écrire un mail, à elle aussi peut être. être salope pour oublier ma douleur, je ne sais pas. je ne l’ai pas fait pendant tous ces mois, pourquoi le faire maintenant ? peut être parce que je me retiens de le faire depuis le début, et que maintenant que nous ne sommes plus ensemble, je n’ai plus rien à perdre…

tu m’as dit : je vais quitter Dulcinée. peut être que je vais t’aider….ne pas céder à mon penchant de foncer tête baissée dans les mots, être patiente, prendre le temps d’y réfléchir, pour/contre…j’ai toujours pensé que j’étais liée à elle. si tu ne m’as pas menti, elle a chaud aux fesses, si tu as menti, c’est toi qui va avoir chaud….

la journée va être longue, faire semblant, sourire, être aimable, s’accrocher à ma petite vie.

de toute façon, qu’est ce que ça change que tu sois là ou pas ? j’ai passé plus de temps seule avec toi que je ne le voulais, ma semaine rytmée par une visite ou deux, mes week end seule, mes vacances seule…

pour t’oublier je dois penser à tout ce qui n’était pas bien, faire l’impasse sur le toi qui me faisait vibrer, technique V…les autres vont arriver, technique S, tecnique J, technique C….merci mes ami(e)s de votre soutien dans ces moments difficiles.

pas tout à fait un week end comme les autres

Classé dans : Non classé — 18 mai, 2008 @ 7:47

pas tout à fait un week end comme les autres mp3 americaahorsewithnoname1.mp3

voilà, tu l’as fait, j’y suis arrivée enfin à ce que tu la prennes cette p…. de décision ! tu as mis un terme à notre histoire qui ne rimait à rien, et surtout pas avec toujours…..

j’ai pleuré, bien sur que j’ai pleuré … le vide grenier en bas de chez moi, tous ces gens qui me regardent pleurer, le soleil brille, regards curieux, compatissants, indifférents…

vide, c’est moi qui le suis, et je suis peut être aussi à ranger au grenier

j’ai croisé D, a vu mes yeux rouges, m’a demandé, j’ai répondu largage en règle, alors il m’a fait rire, pour que mon esprit revienne à la vie ; promesse légère d’un rendez vous, je lui ai laissé mon no de téléphone…

j’ai vu J, j’ai avoué ma misère, pas pu faire autrement vu la tête que j’ai, ma fille me regarde, elle sait déjà sans que je n’ai rien à dire, va falloir quand même que je lui dise que tu as quitté notre vie, j’espère qu’elle ne me posera pas trop de questions, car mentir n’est pas mon fort….le plus dur est à venir, la nuit et ses démons

j’ai fumé plus que de raison, j’ai le ventre creux et mal à la tête, je me souviens d’avoir déjà connu ça….je voudrais être une petite souris pour voir comment, toi, tu es ce soir, au creux de ton canapé, et si les yeux de Dulcinée vont saisir la nuance de sa nouvelle vie qui s’annonce : plus que vous 2….et dire qu’elle ne saura jamais que pendant presque 4 années, nous étions 3….

 

un week end comme les autres

Classé dans : pensées — 17 mai, 2008 @ 9:48

celui ci, comme la plupart des autres depuis que nous sommes ensemble, je vais le passer seule. tu vas être très occupé par ta vie, et moi par la mienne, aussi, sans doute. tu me raconteras ce que tu veux bien, sélectionnant les petites histoires et les pensées que tu auras eu, sans entrer en contact avec LE sujet sensible, qui est Dulcinée. moi, je ne te raconterai rien, et comme d’habitude, et tu ne poseras aucune question.

chaque jour qui passe, je me demande pourquoi je reste.

qu’est ce que j’attend pour partir ? il n’y a presque plus rien à attendre….peut être est-ce ce presque qui me retient.

ce presque….quelques heures par semaine, soutirées de ta vie ?

bien triste constat que je fais encore une fois : aucune richesse dans cette relation.

je me bats contre un moulin à vent, ce moulin est-ce toi ou moi ?

 

 

 

1er jour

Classé dans : pensées — 16 mai, 2008 @ 10:34

Nous aurions pu être deux. mais voilà, nous sommes trois. 

un chat et deux souris

je nous écris donc à tous les trois, peu de chance que vous ne lisiez jamais ces mots, mais peu importe, ces mots je ne peux plus les garder pour moi seule.

 

123
 

MON P'TIT CARNET DE BORD A MÔA |
ludistyle |
Péripéties européennes mais... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Timothée et compagnie
| You will find no interest i...
| un petit bou de moi!