un triangle scalène

une histoire inconnue de Dulcinée….

vacances de la toussaint

Classé dans : pensées — 25 octobre, 2008 @ 10:44

dernière visite en août….woaw…..mais j’ai de nouveau envie de vous écrire

à Dulcinée, qui a lu tous mes mails le week end dernier parce que tu as laissé ta boite ouverte, à elle qui a du tomber de haut, de très haut, en réalisant que notre histoire ne datait pas de quelques mois, mais de quelques années !! elle a cependant fait une bonne analyse de la situation : que tu nous rendais malheureuses toutes les 2….je souffre certainement moins qu’elle, car comment faire avec sa peine quand vient s’y joindre la trahison ?

tu me dis que tu es entrain de faire tes cartons, et avoue que tu traines les pieds pour ce faire, que tu ne pars pas de gaité de coeur…..cela fait une semaine, et tu continues de dormir avec elle comme si de rien n’était ou presque….dans quel état d’esprit est-elle à vivre encore ça ? j’essaye de me mettre à sa place, mais j’avoue que je n’y arrive pas….elle doit beaucoup t’aimer pour supporter ça, et je lui tire mon chapeau….j’ai espéré qu’elle m’écrive, mais pour me dire quoi ? sa tristesse ? sa colère ? il n’y a pas de mots entre nous et pourtant je voudrais tellement lui dire, moi…..

on est en stand by tous les 2….je ne sais pas ce que notre « amitié » va devenir

je ne sais rien de ce que tu vis en ce moment, ni comment tu le vis, je ne sais pas ce que vous vous dites, le soir, au creux de votre nid parisien, tu continues de ne rien partager, et je dois continuer de faire avec…..

 

je ne croyais plus venir ici

Classé dans : pensées — 9 août, 2008 @ 1:21

je n’avais plus envie de t’écrire, ni d’écrire sur toi ou sur elle…beaucoup d’évènements ont eu lieu depuis fin juin, tu n’es pas revenu mais pas encore vraiment parti. tu m’as dit que tu ne m’aimais plus, un soir au téléphone, et depuis je veux devenir ton amie, tout en sachant que c’est mission impossible, je peux être une bonne copine mais amie ? faut il que je sois irréaliste ! toi aussi tu fais des efforts d’attention(s) mais je sens que tout ça ne resistera sans doute pas à l’été….ta mère est en sursis, dulcinée et moi aussi. ta vie dans quelques mois va basculer, et nous disparaitrons dans le tourbillon de ta douleur.

t’aimer devient de plus en plus étrange

je te vois lundi. faire des prédictions sur cette nouvelle rencontre serait puérile. J’ai à la fois envie de te mettre dans mon lit et celle de maintenir la distance, qui je sais, sera salvatrice puique qu’il n’est plus question de triangle, mais de parallèle….

 

 

 

je ne compte plus

Classé dans : pensées — 26 juin, 2008 @ 1:05

je ne sais même plus la dernière fois que je t’ai vu…on s’est donné rendez-vous demain soir, je ne sais si j’ai encore envie de te voir. je t’ai appelé, laissé un message, tu as rappelé sans en laisser, j’ai de nouveau essayé, par 3 fois, comme un bon triangle que je suis, tu n’as bien sur pas répondu, comme dab…. et oui, nous sommes mercredi, jour de repos de dulcinée….

elle est bientôt en vacances, et à vous la belle vie pour 2 mois tout rond….c’est peut être pour ça que tu as accepté le rdv, parce que ce sera le dernier avant longtemps…

là, tout de suite, je crois que je vais annuler.

c’est l’été

Classé dans : pensées — 20 juin, 2008 @ 6:52

voilà, cela aurait été le 4ème mais ce ne sera pas.

demain, c’est la fête de la musique, l’année dernière, nous étions ensemble à paris….demain je serai seule, et toi je ne sais avec qui

je t’ai envoyé un sms, mots vides de sens pour toi, rancoeur indolente pour moi, tu m’oublies un peu trop facilement, j’ai simplement du mal à l’accepter.

n’a t-on plus rien à se dire ?

 

dimanche

Classé dans : pensées — 15 juin, 2008 @ 10:03

waow j’suis pas venue ici depuis presque une semaine !! faut dire que j’ai eu une semaine bien remplie, pas trop le temps de penser à notre triangle….

je me rappelle de mercredi, papotage avec toi, au téléphone, au bord du canal, un joli de soleil, conversation légère, je te parle de cette phrase que j’ai lu qui dit que n’avance pas celui qui suit une idée fixe, ça doit nous faire réfléchir non ? on prévoit de manger ensemble le lendemain….comme j’apprend que je finis plus tôt que toi, je t’envoie un sms pour que tu me dises où tu es et comme ça, pour une fois, c’est moi qui viendrais jusqu’à toi. le soir toujours pas de réponse, bah on verra demain.

 jeudi, toujours pas de réponse de ta part mais un autre sms : D a accouché, enfin une grande joie  qui remplit le coeur….à 11h30 j’ai fini, toujours pas de message, j’appelle C pour manger avec elle…tu me rappelles enfin mais comme je n’ai pas entendu l’appel, tu me laisses un message pour me donner rendez vous dans ton resto préféré, tu finis à 13h tu seras là vers la demi…tu me fais ch…je te rappelle et je te dis que, comme je n’avais pas de nouvelles de toi, j’ai décidé d’aller manger avec C, ça te chagrine pas plus que ça, tu vas nous rejoindre là où on sera posée….magasin de C, on papote, bla bla bla, on bouge à 13h, petit resto juste à côté car elle n’a qu’1 heure pour manger, te laisse un message pour te dire où nous sommes, on commande, elle te rappelle pour savoir où tu en es, t’as toujours pas décolé de la tour M….- voilà, j’ai l’explication ! pas possible de venir te chercher à cet endroit, bien trop dangereux pour toi !!! – tu as préféré le silence plutôt que de me le dire, ça m’agace fortement, je l’avoue à C, qui me dit comme d’habitude que c’est tout toi….tu arrives enfin, il est 14h, C et son collègue s’en vont, je reste à te tenir compagnie car bien sur, il faut que tu manges ! tu m’énerves fortement et je te le fais comprendre, je t’attend encore et ça c’est plus possible… tu me regardes avec ton petit sourire contrit et railleur…je me suis encore fait avoir !

sur le retour, en fumant notre clope, je te pose la question de savoir pourquoi tu es encore chez Dulcinée, tu me réponds, après 2 3 minutes de reflexion, par confort, par lâcheté, et -giffle que je reçois sans m’être protégée- parce qu’elle t’a demandé de ne pas partir trop vite !  je reprend mon souffle, et ça va durer combien de temps votre co-loc ? tu me réponds en rigolant que tu ne sais pas ! je ne trouve rien d’autre à dire mais mes petits diablotins sont revenus et pour une fois me murmurent la même chose : sauve qui peut !! faut que je trace, là y a plus de doute ! on fini l’après midi au magasin, à tenir compagnie à C, tu essayes de m’embrasser, je t’envoie bouler mollement, j’ai vraiment plus le coeur à ça…17h il faut que je rentre chez moi. tu m’accompagnes jusqu’au train, ouf il est à l’approche, je n’aurai pas à faire la conversation comme une bonne copine que je vais devenir….je prend ta main pour te dire au revoir, les portes se ferment, tu pars en me glissant un dernier regard, je ne te souris pas. ciao. vers 22h je t’appelle, j’ai besoin de te parler de tout ça. tu ne réponds pas of course, je vais me coucher, pas grave !

vendredi, sms pour te dire que j’ai pleuré comme une conne devant mon café voyant que tu n’avais même pas essayé de me rappeler. vers 11h sms pour me dire que tu avais eu ta mère au tel et que tu étais mal, que j’avais du boire un café salé lol. je te répond que j’étais comme une conne parce que je n’avance pas et que pour ta mère, il fallait y croire.

et depuis silence.

j’ai décidé d’avancer. fini d’attendre quelque chose de toi qui ne viendra jamais. je doit arrêter de retenir ce qui appartient maintenant au passé. tu m’as proposé une soirée vendredi prochain, j’attend que tu m’appelles pour l’annuler.

je vais être une de tes copines ok mais quand MOI je serai prête à l’être.

lundi

Classé dans : pensées — 9 juin, 2008 @ 8:37

pas grand chose à écrire, pas de nouvelles de toi, sans doute bonnes nouvelles !

je commence à avoir la haine qui pointe le bout de son nez…aie aie aie

dimanche

Classé dans : pensées — 8 juin, 2008 @ 11:00

on a fini par se voir, vendredi soir, au chinois de mon quartier. vite fait, car tu bossais, tu as parlé de ta famille, de ton boulot, tu deviens un copain, je ne sais pas si je dois m’en réjouir….tu m’as embrassé sur le parking, mis ta main sous mon pull, tu m’as dis : tu en as envie autant que moi, j’ai dis : ah bon ? j’avais pas envie de t’embrasser, ni de te toucher…une idée commence à germer dans ma petite tête….tu me demandes si je me suis fais jolie parce que je sors, oui un peu pour ça, un peu pour toi. je pars sans me retourner, tu n’es déjà plus là. Samedi matin, je t’appelle, savoir si tu n’as pas eu de soucis à retourner au taf avec 1 heure de retard, tout va bien, tu me racontes 2 3 annecdoctes, tu es déjà au basket, ça va te prendre tout le week end, tu es content, tu me demandes si on mange ensemble cette semaine, je te répète ce que je t’ai déjà dis, de toute façon tu n’imprimes pas mon emploi du temps, alors je ne vois pas pourquoi tu me poses la question, on t’appelle tu dois racrocher, ok, ciao….pas une seule question pour moi, sur ma soirée, sur mon week end. je t’envoie un sms pour te le signaler, juste poser le doigt sur le désinterêt que tu me portes….voilà, on est dimanche, pas de réponse, l’idée se fait plus claire, je crois que c’est à toi que je vais écrire pour en faire part. tu t’éloignes doucement et je ne te retiens plus.

je crois que je ne t’aime plus. tout comme toi. mais on n’ose pas se le dire, de quoi a t-on peur ? on a pas vraiment envie de tourner cette page, comme si, après, il allait nous manquer quelque chose….alors on fait semblant, et par nos petites phrases assassines, on se le dit quand même.

suis-je vraiment triste comme je le crois ? n’est-ce pas plutôt le sentiment que nous ressentons tous face au rennoncement ?

il me reprend l’envie de contacter dulcinée, pour savoir tout ce que tu ne m’en dis pas. savoir si tu fais avec elle ce que tu fais avec moi, savoir si se sont des mensonges pour ne pas te mettre en danger dans notre séparation….

 je n’ai jamais cru que tu étais honnête avec moi. comme j’aimerai connaître ta vérité !

 

jeudi

Classé dans : pensées — 5 juin, 2008 @ 10:05

j’ai pas eu le temps de voir, j’ai bipé, tu as appelé. conversation quelque peu tendue, on est pas trop à l’aise n’est-ce pas ?

je t’ai demandé si ça avait le fond comme ça a la forme…tu es venu juste pour b….? tu as eu l’air etonné que je pose la question, tu m’connais, j’aime bien que les choses soient claires, ce qui n’est pas ton cas Clin doeil, tu m’as répondu : c’est ce que tu as ressenti ? ben….non, mais ce n’est pas pour ça que ce n’est pas la réalité….mais bon, nous sommes 2 adultes consentants, alors même si tu ne m’as pas aimé ce soir là pour les mêmes raisons que moi, c’était bon quand même.

tu étais géné au téléphone de ne pas pouvoir me dire quand on se reverrait, ton agenda est plein à craquer, et malgré tous tes efforts, presque impossible de me trouver une petite place….de toute façon, j’ai plus envie de vivre comme ça, entre tes rendez-vous et tes obligations….tu m’as proposé de manger avec toi demain soir bien que tu travailles (?), je viens de t’envoyer un sms en te disant ok. ce qu’on peut dire c’est que tu sautes pas sur ton tel pour me dire que c’est cool d’avoir pu me libérer encore une fois pour toi….petit malin, te faire désirer tu adores ça !!

j’ai entendu une chanson, avec ces paroles (à peu près) : tu marches sur ta laisse et tu te crois funambule….

nouveau sms pour te dire que je considère que tu as changé d’avis et qu’il n’y a pas de problème, petit bonhomme sourire…

je souris, je me libère doucement…je t’imagine rencontrant le regard de dulcinée sans pouvoir imaginer tes pensées….

 

 

mercredi

Classé dans : pensées — 4 juin, 2008 @ 9:59

le moindre de 2 maux, il faut choisir….

je n’ai pas eu d’appel de ta part, ni sms, ni mail….un silence qui en dit long ? qui ne veut rien dire ? je ne suis pas surprise, et ça c’est un bon point pour moi….ne rien attendre de toi, c’est ce à quoi je tend….

P est passé hier, et ce soir, misère pour lui en ce moment avec son amie, ton alter-égo Clin doeil ….j’ai quelques mois d’avance sur lui pour ce qui est la galère de « vivre » une histoire avec une personne qui ne sait pas si elle reste ou si elle part…je ne sais pas si je suis de bons conseils (les conseilleurs n’étant pas les payeurs) mais en tout cas, je n’hésite pas à lui dire qu’il y a peu de chance que ça modifie quelque chose à l’histoire de dire amen à tout… c’est bien qu’il fasse un retour sur lui même et qu’il se rende compte du comportement qu’il avait quand on était ensemble, c’est bon d’entendre que je n’ai pas été responsable de tout….il a recontacté L, avec ma bénédiction, c’est drôle parfois les clins d’oeil que nous fait la vie….ne rien oublier mais pardonner…

je suis fatiguée ce soir, mes mots vont rester dans ma tête et s’endormir avec moi.

je ne sais plus si je t’aime encore.

 

 

mardi…

Classé dans : pensées — 3 juin, 2008 @ 6:50

2 jours sans venir ici, pas eu besoin d’écrire. mais ce matin, tu étais encore chaud et doux dans mon lit quand je suis partie. je n’ai pas eu besoin de faire grand chose, tu es y venu tout seul. V dira (si je lui avoue, et rien n’est moins sur!) que c’était juste pour le sx…peut être….quelle importance ? quelle conséquence ? je ne sais pas encore, vais attendre et voir….il faut que je sache si ce retour vers moi est « sérieux » ou si V a raison. Un nouveau problème se posera à moi si elle a raison, ça j’en suis bien consciente. jouer avec le feu, ça brûle Clin doeil et quelle sera ma réaction si je me suis plantée en te laissant me toucher à nouveau le coeur et le corps ?

ne pas s’attarder sur cette seule concession que tu as exprimée hier soir sur ta vie avec dulcinée : y a pas d’avenir pour moi à bastille….je n’ai pas oublié et je ne dois surtout pas le faire, qu’il n’y en a pas non plus ici avec moi….je ne veux pas revenir en arrière avec toi, reprendre l’histoire là où il y a 3 semaines elle s’est arrêtée, et ça, ça ne tient qu’à moi.

ouais, attendre et voir, c’est ce que j’ai de mieux à faire….

 

 

 

123
 

MON P'TIT CARNET DE BORD A MÔA |
ludistyle |
Péripéties européennes mais... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Timothée et compagnie
| You will find no interest i...
| un petit bou de moi!